52% des grands-parents habitent à moins de 5 km de leurs petits-enfants

Source Statbel

Les Belges ont la réputation d’être casaniers et cela semble être aussi le cas entre les générations. Près de 22% des grands-parents (21,79%) qui ont au moins un petit-enfant de 15 ans ou moins, habitent à une distance de moins de 1 km d’un de ceux-ci. 4,5% d’entre eux habitent même avec leurs petits-enfants. A l’inverse, 28% des petits-enfants habitent à moins de 1 km de leurs grands-parents et, au total, plus de trois petits-enfants sur quatre (78%) habitent à maximum 10 km de leurs grands-parents. C’est ce qui ressort des nouveaux chiffres de Statbel, l’office belge de statistique.

Durant la crise actuelle du coronavirus, il a été demandé aux parents de ne plus rendre visite aux grands-parents et de ne plus faire appel à eux pour s’occuper des enfants. Même si la distance réelle entre les grands-parents et les petits-enfants est, dans la pratique, relativement faible.

La moitié des grands-parents habitent à moins de 5 km de leurs petits-enfants

Près de 52% des grands-parents, soit plus de 925.000 personnes en chiffres absolus, ont au moins un petit-enfant qui habite à moins de 5 km. Par ailleurs, pour un peu plus de 308.000 grands-parents, la distance se situe entre 5 et 10 kilomètres.

Dans le contexte de la crise actuelle, les plus de 4.000 personnes âgées de plus de 80 ans (4.176) et les 28.663 grands-parents âgés de 65 à 80 ans qui habitent dans le ménage de leurs (petits-)enfants sont un groupe qui mérite une attention particulière. Ils sont en effet dans l’impossibilité de s’isoler de leurs petits-enfants.

A l’inverse, près de 109.000 grands-parents n’ont pas de petits-enfants qui habitent dans un rayon de 50 km. Un peu plus de 9.000 personnes âgées de plus de 80 ans sont dans ce cas.

Nombre de grands-parents selon la distance par rapport à leurs petits-enfants

Trois petits-enfants sur quatre ont un grand-parent à moins de 10 km

Si nous calculons les résultats du point de vue des petits-enfants (de 15 ans ou moins), nous constatons que, pour un peu moins de 79% des enfants (78.55%) ayant au moins un grand-parent résidant en Belgique, le grand-parent habitant le plus près réside à 10 km maximum.

Nombre de petits-enfants selon la distance par rapport à leurs grands-parents

Pour 63% (62,83) des enfants, au moins un grand-parent habite à une distance qui peut être parcourue à vélo (entre 1 et 5 km) et pour 28,5% (28,48), il habite juste à côté (à moins de 1 km) ou avec eux (5,85%).

19,79% des enfants (382.563 enfants en chiffres absolus) n’ont soit plus de grands-parents, soit pas de grand-père ou de grand-mère qui habite en Belgique. Ces enfants ne sont ni repris dans le tableau ci-dessus, ni inclus dans le calcul des pourcentages.

CONTEXTE et NUANCES

Statbel a analysé, à partir de Demobel – sa base de données démographique basée sur le registre national -, à quelle distance les grands-parents habitent de leurs petits-enfants. Ces chiffres n’ont jamais été produits auparavant en Belgique.

Ils portent sur la population au 1er janvier 2019. Nous avons limité l’analyse aux (petits-)enfants de moins de 15 ans, afin de mettre en lumière l’aspect d’accueil des petits-enfants. Il convient toutefois d’apporter quelques nuances importantes:

  • Ces chiffres sont calculés sur la base du nombre de petits-enfants et de grands-parents qui sont domiciliés en Belgique.
  • Les grands-parents et les petits-enfants ont été identifiés sur la base de leur lien de parenté tel qu’il est enregistré dans le registre national. On ne tient donc pas compte des contacts entre enfants et personnes âgées qui n’ont pas un lien de parenté en droite ligne (beaux-grands-parents, petits-neveux et nièces, etc.).
  • La distance n’est bien entendu pas le seul facteur déterminant des contacts entre les petits-enfants et leurs grands-parents mais elle joue logiquement un rôle. Dans une étude du Gezinsbond de 20161, 65% des répondants ont déclaré que la raison pour laquelle ils voyaient plus souvent certains petits-enfants que d’autres était simplement qu’ils habitaient plus près.

DONNÉES ET MÉTHODOLOGIE

Cette analyse expérimentale de Statbel regroupe deux développements récents ayant le Registre national2 comme source:

  1. statistiques des liens de parenté : sur la base des informations du Registre national, Statbel a identifié le père et la mère de chaque personne (pour autant qu’il/elle soit enregistrée(e)). Ce développement est important, notamment pour le développement d’une nouvelle typologie des ménages et des statistiques d’origine.
  2. Statbel a géolocalisé les adresses enregistrées dans le registre national (notamment à partir de fichiers d’adresses ouverts). Il a ainsi été possible de calculer la distance entre les domiciles des (petits-)enfants et des grands-parents.

Ces deux développements ont été intégrés dans DEMOBEL. DEMOBEL est un ensemble de microfichiers de données fournissant une mine d’informations démographiques sur la population, les naissances, les décès, les migrations, les ménages, les divorces et les mariages sur une période de près de 30 ans (à partir de 1992).


1Rapport onderzoek gezinsbond

2le Registre national