Un appel à l’aide de l’armée belge et pourtant elle reste fidèle à ses engagements envers les civils

Par Rafiek Madani pour ENAB

Hôtel Plaza, Bruxelles (2020) - Hôtel 5 Etoiles Pour Familles
Plaza Hotel Bruxelles L’hôtel Le Plaza est une palace bruxellois. Il ouvrit ses portes en 1930 et est donc, après l’hôtel Métropole (1895) ou le prestigieux Hôtel Astoria (1909), le plus récent des palaces de Bruxelles.

Global SOF Symposium* – Belgium a organisé du 1er au 3 octobre
2019 un évènement situé à Bruxelles dans le prestigieux Plaza Hôtel. Nous étions là ! Découvrez la petite histoire et plus sur la Fondation.

Histoire

Le règne de Léopold II vit Bruxelles se doter de larges boulevards et
d’avenues verdoyantes.

Le Bourgmestre Anspach contribua à transformer le paysage urbain de la capitale par la réalisation de l’artère reliant la gare du Nord à la garde du Midi. C’est précisément sur cette artère que l’Hôtel Le Plaza fut érigé : il ouvrit ses portes en 1930. Il est l’œuvre de l’architecte Michel Polak qui s’inspira du style de l’Hôtel George V à Paris lui assurant par son ossature en béton une remarquable solidité.

La façade fut habillée de pierres de France. L’intérieur fut conçu pour refléter les idées de clarté et de grandeur : hauts plafonds, larges couloirs, grandes chambres lumineuses, plusieurs salles de bain éclairées naturellement, cage d’escalier majestueuse jalonnant 8 étages, décorée de vitraux et bordée de rampes en fer forgé. En 1940, sous l’occupation, l’hôtel fut placé sous l’autorité des troupes allemandes au même titre que les grands hôtels de l’époque. Le commandant militaire pour la Belgique et le Nord de la France y prit ses quartiers. Préméditant sa destruction, l’Hôtel Le Plaza fut, tout comme le Palais de Justice, piégé par les Allemands, avant l’arrivée des Forces Alliées. Nonobstant, seuls son jardin d’hiver et sa somptueuse coupole de vitrail furent détruits.


Peu après la libération, ce fut l’Etat‐major britannique qui occupe à son tour le prestigieux palace: Sir Winston Churchill, Joseph Luns, qui fut secrétaire général de l’OTAN de 1971 à 1984, y séjournèrent régulièrement.

Qu’est‐ce que fait le Global SOF Symposium – Belgium ?

Le monde devient de plus en plus instable, imprévisible et menaçant. La conduite de la guerre continue d’évoluer : des affrontements à grande échelle entre nations au profit de méthodes caractérisées par des méthodes non conventionnelles, ainsi que des engagements à long terme avec
et contre des groupes transnationaux non étatiques. La lutte contre ces menaces en réseau à l’échelle mondiale nécessite un réseau mondial de « good‐guy » capable d’innover et de fonctionner à une vitesse que les gouvernements traditionnels ne peuvent pas.

La Global SOF Foundation (GSF), est une organisation à but non lucratif, est en train de forger ce réseau de « good‐guy » parmi les forces spéciales d’opérations (SOF) dans le monde. Il rassemble des dirigeants militaires, gouvernementaux, industriels et intellectuels du monde entier dans le but
de renforcer les capacités et l’efficacité des SOF.

Le GSF comble une lacune critique dans le discours sur la sécurité nationale: il s’agit de relier des entités publiques et privées aux vues similaires et de mieux faire comprendre le rôle que les opérations spéciales peuvent jouer pour relever les défis mondiaux en matière de sécurité, en
particulier ceux qui proviennent de sources non conventionnelles et transnationales. Le GSF n’est pas un organisme de bienfaisance traditionnel, mais une association professionnelle de SOF dédiée au plaidoyer en faveur de SOF au niveau mondial.

Plus précisément, les activités de GSF sont:

 Réunit un ensemble divers de parties prenantes intéressées par l’avenir des SOF et de la sécurité mondiales par le biais d’opportunités de mise en réseau uniques, de forums stratégiques stimulants et de médias distribués :

o Evénements de régularisation en réseau aux Etats‐Unis et à l’étranger
o Forums annuels et symposiums mondiaux sur les SOF organisés aux Etats‐Unis et à l’étranger
o Les newsletters réguliers, contenu de site web unique et d’autres supports
o Eduque les décideurs mondiaux afin de garantir que les SOF conservent un avantage comparatif et disposent des ressources nécessaire pour réussir.
o Sert d’organisation « privilégiée » en dehors des forces armées et du gouvernement, avec un plan visant à lancer « une équipe de réflexion » (par opposition à un groupe de réflexion) à Washington, DC, axée sur l’étude des forces spéciales et de la guerre asymétrique.
o Travaille à identifier les technologies de pointe ; concepts futurs ; et des innovations en matière de formation et d’éducation afin de faire progresser la force actuelle et future et de soutenir les partenaires internationaux des SOF.

Description de l’événement

La Fondation des forces spéciales d’opérations mondiales (SOF) organise un symposium annuel en Europe. L’événement de cette année s’est tenue à Bruxelles en Belgique, réunira les principaux dirigeants de la Défense européenne.

L’événement spécial qui est le quatrième symposium européen, avait lieu du 1er au 3 octobre 2019.

La Fondation est la seule association professionnelle de la communauté internationale SOF. En tant qu’organisation à but non lucratif, elle s’est associée au ministère belge de la Défense pour concrétiser cette opportunité de trois jours, qui comprend des orateurs de haut niveau, des possibilités de mise en réseau et un espace d’exposition complet.

Au programme

Le premier jour (le premier octobre) les représentants des SOF de l’Union Européenne et de l’OTAN organisaient une réunion commune réservée aux gouvernements dans les espaces du symposium, ce qui donnera lieu à une forte participation des gouvernements. Ce n’est que le deuxième
événement de ce type, le premier ayant eu lieu lors du symposium international des SOF – Espagne en 2018.

La réception de bienvenue à travers l’histoire avait également eu lieu le 1ier octobre et a mis en vedette des faits historiques de la Seconde Guerre Mondiale et des événements qui ont marqué l’Europe, des opportunités uniques en matière de photo. Cet événement était ouvert à tous les
participants.

L’ordre du jour complet comprend des orateurs influents, parmi lesquels le chef de la Défense belge, le président du Comité militaire de l’UE et le secrétaire général adjoint de l’OTAN pour les nouveaux défis en matière de la sécurité.

La Global SOF Foundation étant une organisation en réseau, le programme dispose de suffisamment de temps pour permettre aux participants de discuter des présentation, de faire les présentations et de parcourir le hall d’exposition. Les événements de réseautage de ce symposium réuniront de
nombreux nouveaux visages.

People

Idéalement situé au « cœur de l’Europe », c’est une occasion unique de rencontrer directement les décideurs de 19 pays de l’OTAN. Le symposium a confirmé la présence de représentants venus d’Australie, de Belgique, du Danemark, de France, de Hongrie, d’Italie, de Lituanie, des Pays‐Bas, de
Pologne, du Portugal, de la République de Malte, de Roumanie, d’Espagne, du Royaume‐Uni, des Etats‐Unis et plus encore !

David Hobbs, Secretary General of NATO Parliamentary Assembly ...
Sir David Hobbs sécrétaire général
de lAssemblée parlementaire de lOtan

Les orateurs vont du secrétaire général de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN Mr David Hobbs à Mr Rob de Wijk, fondateur du (The Hague Centre of Strategic Studies). Ces orateurs abordaient une variété de sujets, tels que : Réforme militaire et ensembles de capacités pour la guerre moderne et le rôle de l’intelligence artificielle dans les SOF.

Cet événement offre également aux entreprises de défense dotées de capacités pertinentes pour les SOF européennes la possibilité de louer un espace d’exposition ou des possibilités de parrainage. Pas moins de 30 exposants confirmés.

L’armée belge

Il y a 75 ans, la Belgique était libérée. Depuis, la Défense s’est toujours engagée à défendre la paix, la liberté et la démocratie dans notre pays et ailleurs. La façon dont elle le fait a néanmoins radicalement changé au cours du temps.

L’OTAN a été fondé en 1949. C’est une alliance militaire dont les membres ont promis de s’entraider si l’un d’eux était attaqué. L’attaquant potentiel n’était pas mentionné dans le traité de l’OTAN, mais tout le monde savait pertinemment bien qu’il s’agissait d’une offensive possible des armées du
pacte de Varsovie.

L’OTAN a donc accordé beaucoup d’attention à la défense de l’Allemagne de l’Ouest, membre à part entière de l’alliance depuis 1955. Des générations de soldats ont également veillé à défendre, pendant des années, leurs partie du territoire allemand.

Les armées deviennent plus petites et plus spécialisées

Pour se préparer à une guerre terrestre sur le sol européen, les alliés de l’OTAN ont maintenu d’importantes armées. Les forces armées belges, par exemple, comptaient 100.000 hommes dans les années 60. Lorsque la guerre froide a pris fin, de telles forces armées de masse n’étaient plus
nécessaires.

La Défense reste mandatory

Il sera irresponsable de la part des autorités de supprimer les unités non‐spécialisées. En 1989, d’aucuns pensent la démocratie occidentale est bel et bien installée avec la fin de la guerre froide. Malheureusement , au cours des trente années qui ont suivi la chute du mur de Berlin, le monde
n’est pas resté stable.

Logo L'Otan Bleu - Image gratuite sur Pixabay

La menace aujourd’hui ne vient plus uniquement des armées régulières des Etats‐nations, mais aussi des groupes terroristes (comme les attentats de 11 septembre à New York et en mars 2016 à Bruxelles, et j’en passe).

Les cyberattaques sur les réseaux informatiques et de communication et sur les infrastructures stratégiques peuvent également causer d’énormes dégâts. Pour défendre les valeurs de la paix, de liberté et de démocratie en Belgique, la Défense belge doit donc s’adapter.

Des investissements sont toujours nécessaires pour réaliser tous les objectifs définis dans ce plan stratégique.

Nouvelles stratégies à adopter

Think out of the box, les nouvelles technologies ont sorti des millions de personnes de la pauvreté et transformé la vie de pratiquement tous les individus de la planète. Mais elles ont aussi donné les moyens, à un nombre nettement plus important de pays et de personnes, de menacer la communauté internationale. Alors que les défis de sécurité du 21ième siècle ne cessent d’évoluer, l’OTAN s’adapte pour continuer de défendre les 900.000.000 d’habitants que comptent ses pays membres.

Lutte contre le terrorisme

Strike Force - War on Terror | Jeux à télécharger sur Nintendo ...
Image Nintendo.be

Depuis les attentats de New York et de Washington en 2001, la lutte contre le terrorisme figure au premier rang des priorités de l’OTAN et de la communauté internationale au sens large. Ainsi que l’indique le nouveau concept stratégique, « le terrorisme est une menace directe pour la sécurité des citoyens des pays de l’OTAN […] Des groupes extrémistes continuent de se propager, ou de se développer, dans des régions d’importance stratégique pour l’Alliance, et la technologie moderne accroît la menace et l’impact potentiel d’une attaque terroriste.

La technologie existe, la compétence et spécialisation sont présentes dans nos armées et la nécessité de développer des unités des forces spéciales sont un must pour répondre aux nouveaux défis dont nous faisons face.

Partenariat et « sharing » des informations dans un climat de confiance restent primordiale pour le bon fonctionnement de la nouvelle stratégie.

Budget

L’article sera incomplet si on ne parle pas de budget et les moyens qui sont mise à disposition pour être en mesure de répondre rapidement et efficacement.

Pour ce faire l’armée belge a besoin de plus de budget, pour vous dire actuellement le PIB en investissement dans l’armée en 2018 n’arrive pas à 1% alors que l’OTAN exige 2%.

NATO - Biography: Marc Compernol, Chief of Defence of Belgium
Général Marc Compernol

La défense devra disposer de 2,8 milliards d’euros supplémentaires au cours de l’actuelle législature pour renouveler son matériel , assurer sa transformation et recruter quelque 10.000 nouveaux militaires en renforçant l’attractivité du métier des armes face à la concurrence du marché de l’emploi dans le secteur civil, a affirmé le général Marc Compernol.

Général Marc Compernol dit : « s’il n’y pas de hausse du budget, cela aura un impact sur l’output de la Défense, principalement en terme de participation aux opérations à l’étranger »

Dépenses de défense en part du PIB par rapport aux dépenses d’équipements en part des dépenses de défense

Avec les factures des grands achats en vue, on attendra le chiffre de 1,27% du Produit Intérieur Brut (PIB) consacré à la Défense en 2024. L’Otan – qui presse ses Etats‐membres d’augmenter leur dépenses militaires pour arriver à 2% à cette échéance – estime que la Belgique consacrera cette
année 0,93% de son PIB aux dépenses de défense (une notion qui comprend aussi les pensions des militaires.

Conclusions et remarques

Le monde change, la technologie change et les mentalités changent. Si l’armée ne s’adapte pas alors la paix et la sécurité sont hypothéquées qui risquent de nuire gravement à nos valeurs. Le Global SOF Foundation Belgium se positionne comme un partenaire incontournable, ils ont le
savoir académique et la connaissance stratégique et la technologie militaire.

L’état belge a déboursé pour sauver les actionnaires Fortis 11 milliards d’euros pour sauver les actionnaires de Dexia 4 milliards d’euros (dans la même législature) – 15 milliards d’euros.

Que représente 2,8 milliards d’euros pour la sécurité des citoyens?


* Symposium nom masculine (latin symposium, banquet, du grec sumposion) qui signifie réunion ou congrès de spécialistes, consacré à un thème scientifique particulier.