L’administration kurde isole Hasakah sur des cas de coronavirus

Rafiek Madani pour ENAB

L’administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie (NES), dirigée par les Kurdes, a isolé la ville d’al-Hasakah après que trois nouveaux cas de coronavirus y aient été signalés.

Dans un communiqué officiel publié jeudi, l’autorité sanitaire a déclaré que les résultats des tests de deux personnes ont confirmé leur infection, ajoutant que l’une vit à Hasakah et l’autre à Qamishli.

La présidence du conseil provincial de l’administration a appelé les citoyens à rester chez eux, à éviter de se rassembler et à respecter les mesures de lutte contre la propagation de la pandémie à grande échelle.

Le chef de l’autorité sanitaire Joan Mustafa a déclaré que deux échantillons ont été envoyés à Damas et sont revenus avec des résultats positifs.

Adarpress - Joan Mustafa: We seek to secure a quantity of ...
Mr Joan Mustafa

« Les échantillons ont été prélevés sur un homme et sa femme qui vivent à al-Hasakah« , a-t-il ajouté, notant que la femme a été envoyée dans l’installation de quarantaine de l’hôpital national de Qamishli, tandis que son mari a été prié de rester chez lui dans l’isolement.

Mustafa a exhorté les gens à informer les autorités locales et à contacter les équipes médicales sur tout cas suspect. Un patient est mort à Hasakah et trois autres ont été signalés infectés dans le quartier al-Omran de la ville. Les autorités ont isolé le quartier et imposé une quarantaine totale à ses citoyens et une quarantaine partielle à la ville.

Pendant ce temps, les forces de sécurité intérieure kurdes (Asayish) ont demandé à 14 familles, qui sont des voisins et des parents des cas signalés dans le quartier, de rester chez elles.

Le chef du conseil provincial de Hasakah, Abdul Ghani Osu, a souligné que l’administration apportera le soutien et l’aide nécessaires aux familles en quarantaine à Omran.

« Du pain, de la nourriture et des articles de première nécessité seront fournis aux familles du quartier tous les trois jours, compte tenu de l’interdiction totale qui leur est imposée« , a expliqué M. Osu.

Les zones gérées par l’administration autonome souffrent de graves pénuries médicales après la suspension de l’aide transfrontalière entrante.

Les responsables de l’administration ont exprimé leur inquiétude face à l’apparition du virus dans les zones sous son contrôle, en particulier dans les camps.