Un nouveau rapport du SIPRI et du CICR identifie les contrôles nécessaires sur les armes autonomes

Source SIPRI
Traduit par Rafiek Madani

New SIPRI and ICRC report identifies necessary controls on autonomous weapons
Des équipages d’avions télécommandés effectuent des missions simulées à la base aérienne de Creech, Nevada, le 4 septembre 2019. Photo : Armée de l’air américaine/ Aviateur principal Haley Stevens

Un nouveau rapport de l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (SIPRI) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) identifie les domaines dans lesquels les contrôles des systèmes d’armes autonomes doivent être placés. Les auteurs soulignent la nécessité d’un contrôle humain sur les décisions de vie ou de mort en temps de guerre et proposent des orientations pratiques et des mesures de contrôle concrètes pour une réponse politique internationale. Le rapport complet est maintenant disponible sur
le lien suivant.

Les systèmes d’armes autonomes risquent de perdre le contrôle humain sur les décisions de vie ou de mort en temps de guerre

Les systèmes d’armes autonomes (AWS) ont suscité des critiques parce qu’ils sélectionnent et attaquent des cibles sans intervention humaine.

S’assurer que les humains restent maîtres de l’usage de la force, en particulier des décisions de vie ou de mort dans la guerre, doit être la priorité clé pour fixer des limites aux AWS, selon un nouveau rapport du SIPRI et du CICR.

La principale préoccupation est que les AWS sont déclenchés par l’environnement et que l’utilisateur ne connaît pas ou ne choisit pas la cible spécifique », explique Vincent Boulanin, chercheur principal du SIPRI. Cette imprévisibilité peut rendre difficile pour les utilisateurs d’AWS de se conformer au droit international humanitaire, de répondre aux préoccupations éthiques fondamentales et de maintenir le contrôle militaire ».

Le rapport soutient qu’une compréhension commune du contrôle humain est une étape importante pour atténuer les risques des AWS et propose une discussion approfondie sur le type et le degré de contrôle humain nécessaire et sur le moment où ce contrôle devrait être mis en œuvre.

Mesures de contrôle nécessaires pour assurer la maîtrise humaine de l’usage de la force

Trois types de mesures de contrôle sur les AWS sont identifiés comme nécessaires pour assurer le contrôle humain de l’usage de la force, en se concentrant sur la conception de l’arme, l’environnement dans lequel elle est utilisée et la manière dont l’utilisateur interagit avec elle.

Le type et le degré de contrôle humain nécessaire ont toujours été la question difficile », déclare Netta Goussac, chercheur principal associé, Armement et désarmement, SIPRI et ancien conseiller juridique du CICR. Les mesures de contrôle identifiées dans ce rapport fournissent des conseils pratiques pour déterminer les limites des systèmes d’armes autonomes ».

Ce rapport est le premier du genre à présenter des mesures de contrôle spécifiques qui peuvent compenser l’imprévisibilité des systèmes d’armes autonomes et réduire les risques pour les civils et les combattants, en tenant compte de différents scénarios.

Appel à une réponse politique internationale aux risques des STA

Selon les auteurs, les mesures de contrôle pratiques identifiées dans le rapport devraient inspirer une réponse politique internationale, que ce soit sous la forme d’un nouveau traité, de normes ou de meilleures pratiques.

Le CICR et d’autres organisations ont appelé à une réponse internationale concertée aux risques liés aux STA », déclare Neil Davison, conseiller scientifique et politique à la division juridique du CICR.

Le rythme des développements technologiques militaires, y compris dans le domaine de l’intelligence artificielle, ne fait qu’accroître l’urgence pour les États de s’entendre sur les limites à fixer », ajoute M. Davison. Pour éviter de graves risques pour les civils et les combattants, des contraintes strictes seront nécessaires ».

Le rapport fournit aux décideurs politiques des conseils pratiques sur la manière de traduire la nécessité d’un contrôle humain en limites concrètes sur la conception et l’utilisation des AWS, en tenant compte des préoccupations juridiques, éthiques et opérationnelles.