office internet writing connection

Les faux récits et les allégations de fraude électorale aux États-Unis se répandent.

Rafiek Madani pour ENAB

ENAB

Les élections présidentielles américaines, passionnantes et étriquées, avec des dépouillements en cours et d’éventuels recomptages futurs des votes, provoquent un grand nombre de fausses informations sur d’éventuelles fraudes électorales. Ce sont quelques-unes des histoires les plus fréquemment partagées sur les médias sociaux.

Dixit: « En Arizona, les partisans de Trump ont été piégés pour utiliser des feutres pour remplir leurs bulletins de vote, ce qui les a rendus invalides ».

FAUX! Cette histoire est connue aux États-Unis sous le nom de « Sharpiegate », d’après le mot anglais pour un stylo-feutre. Cela signifie que les machines à compter ne « reconnaîtraient » pas l’encre de ces feutres sur les bulletins de vote. Non seulement les feutres sont autorisés, mais même si un vote n’est pas accepté par une machine, un support est prévu pour les examiner.

Dixit: « Les votes pour Trump ont été trouvés dans une poubelle en Pennsylvanie. »

Est partiellement vrai! Cette histoire remonte à septembre 2020.
Un procureur de Pennsylvanie a alors ouvert une enquête sur neuf bulletins de vote envoyés par courrier par des membres de l’armée américaine trouvés dans une poubelle.

Sept de ces votes se sont avérés être en faveur de Trump. Il s’est avéré que l’ouverture et l’élimination des bulletins de vote ont été effectuées par un employé temporaire, qui a depuis été licencié. Les documents eux-mêmes ont été refermés et ajoutés aux autres votes. L’enquête sur cet incident est toujours en cours, mais rien ne prouve que cette erreur ait un quelconque rapport avec la fraude électorale.

Dixit: « Plus de gens ont voté que d’électeurs inscrits. »

FAUX! Il existe différentes versions de cette allégation. Par exemple, des tableaux circulant sur les médias sociaux pour des États comme le Nevada, la Pennsylvanie, l’Arizona et quelques autres où les résultats sont proches, comparent un certain nombre d’électeurs inscrits à une « estimation » du nombre de votes exprimés.

Le résultat signifierait que plus de 100 % des électeurs se sont présentés. Cependant, les chiffres sont erronés, tant pour le nombre d’électeurs inscrits que pour le nombre final de votes, qui n’est pas encore définitivement établi dans la plupart de ces États.

Une autre affirmation affirme que le nombre de votes exprimés dans le Wisconsin ou le Minnesota est supérieur au nombre d’électeurs. Ces affirmations sont également fondées sur des chiffres erronés qui sous-estiment le nombre d’électeurs inscrits.

Dixit: « Une tranche de plus de 138 000 voix est soudainement allée à Biden le soir de l’élection dans le Michigan. »

FAUX! Cette affirmation est basée sur deux captures d’écran prises sur le site web de DecisionDeskHQ. En raison d’une faute de frappe dans le rapport d’une certaine circonscription (comté de Shiawassee), 153.710 voix ont été ajoutées au score intermédiaire de Biden pendant un certain temps au lieu de 15.371, le nombre correct.

Une fois l’erreur découverte, DecisionDeskHQ l’a rectifiée sur le site web. Le nombre de voix en faveur de Biden est donc allé d’un seul coup avec plus de 138.000 voix. Cependant, les images des deux positions intermédiaires sont parfois présentées dans l’ordre inverse, pour donner l’impression que Biden est le seul à avoir soudainement reçu un grand nombre de voix.

Dixit:  » Dans une vidéo, on voit quelqu’un mettre le feu à 80 bulletins de vote pour Trump « 

Twitter d’Eric Trump – CNN

FAUX! Entre autres, Eric Trump, le fils du président, a retweeté une vidéo d’un homme mettant le feu à un sac avec une pile de papiers à Virginia Beach, en affirmant qu’il avait 80 votes pour Trump. Toutefois, il s’agit de bulletins de vote test sans code barre et non de véritables bulletins de vote.

Dixit: « 27% des votes par correspondance dans le sud de la Floride ne sont pas distribués par le service postal américain »

Twitter: Les statistiques de l’USPS sur les bulletins de vote par correspondance «  semblent pires qu’elles ne le sont réellement  »: rapport

FAUX! Certains journalistes ont ici mal interprété la base de données de la société postale américaine dans laquelle le traitement du courrier est enregistré. De nombreux bureaux de poste avaient sauté quelques étapes et avaient cessé de scanner ces notes afin de les traiter plus rapidement et de les transférer aux bureaux de vote. C’est pourquoi ils n’apparaissent pas dans les statistiques. En réalité, tous les votes par correspondance ont été traités à temps.

Dixit: « Dans le Michigan, le personnel du service postal américain antidate les votes par correspondance tardifs »

Il n’est pas clair que cela soit vrai. Cette affirmation est basée sur une vidéo distribuée par « Project Veritas », fondé par l’activiste d’extrême droite James O’Keefe. Il s’agit d’un entretien avec un homme anonyme et méconnaissable qui prétend travailler dans le bureau de poste de Traverse City (Michigan). Ses collègues auraient alors été chargés d’apposer un cachet sur les votes par correspondance le 4 novembre, avec le 3 novembre comme date.

Il n’est pas certain que cela se soit réellement produit, mais cela ne fait guère de différence. Contrairement à d’autres États, le Michigan n’a pas de date limite basée sur les timbres-poste. Un porte-parole du Département d’Etat a déclaré à PolitiFact que les votes par correspondance qui n’étaient pas entre les mains des responsables électoraux le 3 novembre ne devraient pas être comptés de toute façon. Même s’ils sont estampillés le 3 novembre.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.