L’Iran et la Chine signent un accord de partenariat stratégique historique de 600 milliards de dollars!

Rédaction ENAB

Le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et le ministre chinois des affaires étrangères,
Wang Yi, ont signé le très attendu accord de partenariat stratégique global Iran-Chine après plus de cinq ans de pourparlers éreintants.

L’accord global, signé samedi à Téhéran, comprend 20 articles et, bien que les détails du pacte n’aient pas encore été communiqués, les médias locaux indiquent qu’il couvre probablement tout, des liens politiques et culturels à la « sécurité et la défense« , en passant par la coopération « régionale et internationale« .

L’accord prévoit de décupler les échanges bilatéraux pour atteindre 600 milliards de dollars par an et promet à l’Iran des investissements chinois à hauteur de 400 milliards de dollars dans les infrastructures pétrolières, gazières, pétrochimiques, nucléaires et d’énergie renouvelable du pays du Moyen-Orient, Téhéran s’engageant à devenir une source d’énergie majeure et fiable pour Pékin.

L’accord met également l’Iran à la portée du projet d’infrastructure « Belt and Road » de Pékin, un projet ambitieux d’une valeur équivalente à plus de 1 000 milliards de dollars visant à relier la Chine à l’Europe et à l’Afrique par le biais d’une série de nouveaux projets d’infrastructure terrestres et maritimes dans des dizaines de pays.

Le président iranien Hassan Rouhani a salué la signature de l’accord samedi, exprimant sa gratitude envers Pékin pour son soutien à Téhéran sur la scène internationale face aux sanctions unilatérales des États-Unis, notamment en ce qui concerne l’accord nucléaire du Plan global d’action conjoint.

M. Rouhani a poursuivi en suggérant que la présence militaire américaine en Asie occidentale est la cause première de l’instabilité régionale et a souligné l’importance des efforts collectifs des parties régionales pour assurer la sécurité régionale, notamment par le biais du mécanisme de l’Initiative de paix à Hormuz proposé par l’Iran.

Le ministre des Affaires étrangères Zarif a qualifié l’accord de « feuille de route stratégique historique sur 25 ans » et a déclaré que le ministre des Affaires étrangères Wang et lui-même avaient eu « un excellent échange sur l’expansion de la coopération mondiale, régionale et bilatérale dans le contexte de notre partenariat stratégique global« .

M. Wang a fait écho aux sentiments des responsables iraniens, déclarant que « les relations entre les deux pays ont désormais atteint le niveau d’un partenariat stratégique » et que « la Chine cherche à améliorer globalement ses relations avec l’Iran.« 

Le ministre des affaires étrangères a ajouté que les liens entre la Chine et Téhéran « ne seront pas affectés par la situation actuelle, mais seront permanents et stratégiques« , notant que « contrairement à certains pays« , l’Iran « ne change pas de position à cause d’un coup de téléphone.« 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.