blue and yellow globe

Taïwan peut-elle faire appel à l’Australie lorsqu’il s’agit de la Chine ?

Rafiek Madani pour ENAB

> Nouveau Poll: Que pensent les Austaliens et les Taïwanais?
> Une attaque de la Chine?
> L’importance du soutien à Taïwan
> Le problème pour Taïwan

Chine et environs – Image Google Earth

Quelques questions que je me pose sur le lien entre le tripartisme : Australie Chine Taiwan. Qu’est-il arrivé aux relations de l’Australie et la Chine ? Et qu’est-ce que cela signifie pour le soutien australien à Taïwan ?

La relation Australie-Chine, je peux l’expliquer quelque peu. Je peux décrire les causes de la spirale descendante des relations. Je peux dire pourquoi il est peu probable qu’elles s’améliorent de sitôt. Le sondage de 2021 de l’Institut Lowy montre à quel point le sentiment négatif est désormais profond, avec seulement 16 % des Australiens interrogés qui expriment leur confiance dans la Chine, contre 52 % il y a seulement trois ans.

Mais comment répondre au niveau de soutien dont bénéficie Taïwan en Australie ?

Nouveau Poll: que pensent les Australiens et les Taïwanais ?

Vote, Sondage, Élection, Droit De Vote
Image Pixabay

Le sondage Lowy a posé cette question aux Australiens pour la dernière fois en 2019. Compte tenu du scénario le plus convaincant – où la Chine envahit le pays et où les États-Unis décident d’intervenir – seuls 43 % des répondants étaient favorables au déploiement de forces militaires.

Pour tenter de répondre à cette question, l’Australia Institute a réalisé une enquête auprès de citoyens taïwanais et australiens (plus de 600 personnes dans chaque pays, avec une marge d’erreur de 4 %) sur la sécurité de chaque nation et ses relations avec la Chine.

Une attaque de la Chine ?

Oeuf, Marteau, Hit, Beat, Fragile
Image Pixabay

Les résultats sont surprenants à deux égards.

Premièrement, le degré de menace ressenti par les Australiens interrogés est frappant. Un nombre similaire d’Australiens pensent que la Chine lancera une attaque armée contre l’Australie (42%) et contre Taiwan (49%). Je ne pense pas pouvoir trouver un spécialiste de la planification militaire dans le monde qui soit d’accord avec cette affirmation.

Malgré la distance qui sépare l’Australie de la Chine, les Australiens et les Taïwanais ont une perception similaire de la menace. Tous deux considèrent la Chine comme un pays très agressif (62% et 65%). Compte tenu des grandes différences de géographie et d’histoire, cette convergence est digne d’intérêt.

Deuxièmement, les Australiens (13%) sont plus nombreux que les Taïwanais (4%) à penser qu’une invasion chinoise de Taïwan est probable dans un avenir proche. Peut-être les Taïwanais pensent-ils qu’il est plus probable que la Chine continue à utiliser des tactiques coercitives de « zone grise » plutôt que d’attaquer. Il est certain qu’ils ne sont pas dans une situation de peur imminente.

Lisez également: Redessiner le regard que nous portons sur les relations entre l’Afrique et la Chine

Les Taïwanais souhaitent très clairement l’indépendance, 73 % des personnes interrogées préférant l’indépendance si des relations pacifiques avec la Chine pouvaient être maintenues. Ce chiffre est conforme à celui d’autres sondages.

Environ la moitié souhaite toujours l’indépendance, même si cela conduit la Chine à attaquer. Seuls 14 % des citoyens de Taïwan pensent pouvoir se défendre seuls. Et seuls 26 % des Taïwanais pensent que les États-Unis engageraient leurs forces armées dans une guerre contre la Chine pour défendre Taïwan. Mais ils veulent toujours l’indépendance. C’est la profondeur du sentiment.

L’importance du soutien à Taïwan

Aide, Situation D'Urgence, Enregistrer
Image Pixabay

Taïwan a une peur impérieuse de l’abandon. Elle ne veut pas que sa sécurité et son indépendance soient considérées comme quelque chose que la Chine et Taïwan doivent « résoudre par eux-mêmes ». La question de savoir si d’autres pays viendraient en aide à Taïwan est donc très importante.

Il est clair que les Australiens ont de la sympathie pour les aspirations à l’indépendance de Taïwan. Deux tiers des personnes interrogées sont d’accord pour que Taïwan devienne un nouveau pays, même si la Chine décide d’attaquer après la déclaration d’indépendance de Taïwan.

Mais en cas de crise, Taïwan pourrait-elle compter sur l’Australie ? Avec ces chiffres, je conseille aux Taïwanais d’être très prudents.

Seuls 21% des Australiens sont d’accord pour dire que le peuple australien est prêt à entrer en guerre pour aider le peuple taïwanais à obtenir son indépendance de la Chine. Un autre 40% était contre et 39% étaient indécis. Lorsque nous avons posé la question suivante : « Si la Chine incorporait Taïwan, êtes-vous d’accord pour que l’Australie envoie ses forces de défense à Taïwan ? » 37% étaient d’accord, 29% étaient contre et 34% étaient indécis.

Bien qu’aucun de ces résultats ne soit directement comparable à celui du sondage Lowy (où 43% soutenaient le déploiement de l’armée), la réponse est cohérente avec un niveau de soutien relativement faible. En revanche, 80% des personnes interrogées étaient favorables à l’utilisation de l’armée pour empêcher un gouvernement de commettre un génocide et 77% pour rétablir l’ordre public dans une nation du Pacifique dans le sondage Lowy de 2019.

Ces résultats suggèrent que le nombre de personnes qui soutiennent l’engagement militaire à Taïwan pourrait même avoir diminué au cours des deux dernières années, car on parle davantage de guerre. Dans le sondage Lowy de 2021, 57% des Australiens ont déclaré qu’en cas de conflit militaire entre la Chine et les États-Unis, l’Australie devrait rester neutre.

Le problème pour Taiwan

Puzzle, Problème, 3D, Groupe De Travail
Image Pixabay

Certains des récents discours musclés de Canberra sur la Chine (pensez aux « tambours de guerre ») pourraient donner aux Taïwanais l’impression qu’ils peuvent compter sur l’Australie. Mais l’Australie ne doit pas donner de faux espoirs aux Taïwanais.

La décision de l’Australie de s’impliquer ou non dans une crise dans le détroit de Taïwan dépendrait d’une multitude de facteurs, dont l’opinion politique et publique. Cependant, le nombre élevé d’indécis dans les sondages suggère qu’il serait imprudent de supposer qu’il s’agirait d’une décision facile ou populaire.

Dans l’état actuel des choses, Taïwan serait mal avisé de compter sur l’Australie.